La pratique

Qui peut pratiquer la Biodanza ?

La Biodanza® ne demande aucun prérequis et s’adapte aux exigences de tous les âges et de toutes les conditions. Il n’est nul besoin de savoir danser.

Quelles sont les différentes façons de pratiquer la Biodanza

  • Soirées découvertes (d’une durée approximative d’une heure trente).
  • Cours hebdomadaires (d’une durée de 1h30 à 2 heures – processus de base).
  • Journée ou stage de week-end ou de plusieurs jours sur des thèmes bien précis.
  • Congrès et symposium de biodanza rassemblant les biodanseurs expérimentés, et permettant d’avoir accès à de multiples couleurs de la pratique de la biodanza dans des ateliers divers ainsi que des apports lors de conférences réalisées par des personnalités issues du monde de la biodanza ou hors biodanza.

Le déroulement d’une séance de Biodanza

La personne qui organise, construit, propose les séances de Biodanza® est souvent appelée “facilitateur ou facilitatrice” (professeur diplômé d’une école de formation reconnue), parce qu’elle a pour objectif principal de faciliter l’accès des participants aux diverses propositions et vivencias.

Une séance se compose d’une partie qui pose le cadre théorique et philosophique de la Biodanza®, et d’une partie « pratique » consacrée au mouvement et composée d’une suite de propositions à danser, présentées par une brève consigne et ou une brève démonstration. Chaque participant vit ces propositions à partir de son ressenti et de son état du moment (état d’humeur, état physique).

Le groupe en Biodanza

En toute logique, la proposition de la Biodanza® est de vivre ces expériences en groupe, non dans la solitude.

La présence du groupe est primordiale dans le processus qui est à la base de la Biodanza® : la proposition de séances hebdomadaires offre un apprentissage progressif, respectant le rythme de chacun ainsi que le développement, la stimulation des diverses potentialités de la manière la plus
progressive et harmonieuse possible.

Le groupe permet en outre aux participants et grâce à cette continuité, de se sentir acceptés,
reconnus, sans jugements (puisqu’il n’y a pas de chorégraphie à réussir ni d’objectif esthétique à atteindre ni même d’exploits physiques à réaliser !).

A travers les danses, les rencontres, les échanges, le participant ose de plus en plus être lui-même, s’exprimer en toute liberté, se déposer, s’offrir dans le monde tel qu’il se sent réellement.

Le pouvoir de la musique

Depuis des temps immémoriaux, le pouvoir musical est connu au Japon, en Chine et dans d’autres pays orientaux. L’utilisation de la musique par les chamans, les moines tibétains et les danseurs soufis pour invoquer les forces de guérison et le lien cosmique est aussi très connue par les anthropologues.

Actuellement, la recherche scientifique en musicothérapie et en psychologie de la musique confirme l’efficacité du pouvoir musical. Il suffit de mentionner Alfred Tomatis, Don Campbell, Yehudi Menuhin et Michel Imberty pour comprendre que la musique, non seulement est liée aux aires réceptives de la sensibilité et de l’innovation, mais a aussi des pouvoirs de transformation sur les plantes, les animaux et, en particulier, sur les êtres humains.

En Biodanza, la musique est rigoureusement sélectionnée pour stimuler les écofacteurs liés aux cinq lignes de vivencia.

Nous appelons « musiques organiques » celles qui présentent des attributs biologiques : fluidité, harmonie, rythme, tonalité, unité de sens et effets cénesthésiques ; elles ont le pouvoir d’induire des vivencias intégrantes.

Etant donné que la musique peut éveiller des vivencias intenses, sa sélection en Biodanza obéit à des critères sémantiques, c’est-à-dire à ses significations thématiques, émotionnelles et vivencielles. La musique peut éveiller des émotions sentimentales, érotiques, euphoriques, nostalgiques, etc., lesquelles, en étant dansées, se transforment en vivencias. Les musiques utilisées en Biodanza sont puisées dans le patrimoine universel primitif, classique, ou folklorique, aussi bien que moderne.